Léo et Lui

L'espace d'une génération, elle n'est pas si grande la distance entre un père et un fils...

Elle  n’est pas si grande la distance entre un père et un fils…Le fils compose, chante. Il manque d’inspiration. Il est prêt à lâcher les rênes, à renoncer. La voix de son père, trop lointaine, il l’associe à son désenchantement. Les mots, eux, ont leur portée…Tant d’amour sous l’écorchure et la colère.

« ENFIN un "spectacle" qui met en juste valeur l'utopique rêve de mon père. »    Mathieu Ferré     

« Pour la première fois cet été 2018 j'ai assisté à un spectacle théâtral en Avignon, « Léo et Lui » mis en scène par Lucile Pétrement, Adaptation de Jean Pétrement. Qui m'a plu énormément.
Enfin un "spectacle" qui met en juste valeur la complexité, l'inventive, la recherche extrême de son vocabulaire et l'utopique rêve de mon père.
Si Léo a foulé les scènes et les ondes migratrices, c'est dans son écriture que Pétrement a été, tel un mineur du verbe gratter dans cet unique imaginaire que nous a laissé Léo.
C'est certainement "difficile" comme le sont d'ailleurs ses chansons et ses textes, qui ne sont pas à mettre dans toutes les oreilles. Pour s'aventurer dans le continent poétique de Léo il faut du courage, et une certaine science. Je suis convaincu que c'est pour cette raison que son oeuvre demeure pour la plupart tout à fait incompréhensible, on est loin, très loin je dirais même à des années lumières du show biz et de la chanson gnan gnan. Léo est UNIQUE, (malheureusement) dans le paysage où il est trop souvent relégué de la "chanson" il a par son écriture fortement voulu être dans le moins, dans la marge et j'en suis heureux pour lui.
Pétrement nous livre ainsi SA "lecture" de cette poésie ferréenne remplie d'amour et de liberté.
Merci Jean pour l'emploi de ton énergie de vouloir partager son VERBE."
Mathieu Ferré

Voir la bande annonce

Ils en parlent...

Création intense, originale, bouleversante, saisissante de profondeur ! Parler des larmes dans la poussière ! Talent de Léonard Stéfanica et Jean
Pétrement. Nous voici en quelque sorte au coeur du bateau ivre de Rimbaud, dont la proue serait Léo FERRE lui-même. Evelyne Trân

Après Proudhon Jean Pétrement se penche sur un autre anarchiste, Léo Ferré. Belle adaptation  originale à travers un dialogue père-fils. Première mise en scène réussie de Lucile Pétrement valorisant le travail de « passeurs » des acteurs!

Avignon à l'Unisson

Félicitations pour cette performance théâtrale due à deux grands comédiens, dont un est un virtuose du violon. Pur moment d’abandon où l’on ressort dérouté, ému et riche de l’univers de Léo Ferré.

 

 

Le père, le fils, et Léo Ferré... Engouement et lyrisme, sur une mise en scène épurée de Lucile Pétrement. C’est un vrai travail de composition sans trahison aucune !

 

 

Restituer le verbe de ceux qui sondent la nature de l'homme !

Tant d’amour sous l’écorchure et la colère ! La mise en scène de Lucile Pétrement est toute en notes délicates , noires, blanches et croches.
Comme la mémoire, comme la mer, Ferré est à saisir en des vagues multiples. Léonard Stéfanica et Jean Pétrement s’y sont plongés et leurs deux souffles composent une fort belle traversée où les nageurs s’accordent à jouer parfaitement l’assemblage et la différence . Gilles Costaz

  • Du 29 novembre 2019 au 25 janvier 2020
  • Les vendredis et samedis à 19h30
  • Genre : Contemporain
  • Durée : 75 minutes
  • Tarif plein : 20 €
  • Tarif réduit * : 15 €
  • * pour les moins de 26 ans, étudiants, plus de 65 ans, habitants du 4ème arrondissement, demandeurs d'emploi, intermittents du spectacle, associations et groupes de 10 personnes minimum, sur présentation d'un justificatif
  • Auteur : Textes Léo Ferré Adaptation Jean Pétrement
  • Mise en scène : Lucile Pétrement
  • Avec : Léonard Stéfanica, Jean Pétrement
Partagez
Voir le calendrier Soirée du Nouvel An