Cinq ans d'âge

Un adolescent, né d’une relation extraconjugale, revit devant le juge ses souvenirs à l’âge de cinq ans. Sa mère, cherchant désespérément à se venger de son père, prend à témoin l’enfant, le rend complice de ses tourments et ses obsessions, jusqu’au jour où l’enfant, devenu adolescent, commettra un délit.

Le livre CINQ ANS D'ÂGE des editions TRIARTIS est en vente en à l'accueil du théâtre. Illustrations de Valère Novarina.

 

Représentation spéciale avec traduction en langue des signes par Mr Flory,  pour les malentendants le 2 Mai 2019.

Voir la bande annonce

Ils en parlent...

Le petit monde de NatieAK

Une pièce magnifiquement interprétée : les comédiens talentueux bénéficient d'un texte d'une grande qualité  Cette pièce nous fait autant autant rire qu'elle nous fait aussi réfléchir. Je vous la recommande vivement : vous allez me remercier !  

    Une pièce à découvrir donc, et quand on pense qu'il s'agissait seulement de la
Première, nul doute que celles qui ont suivi et suivront seront encore plus
fantastiques !

Tous les hommes de la pièce sont en effet des figures de pouvoir : policier, judiciaire, machiste, psychanalytique.

On est d’ailleurs avec elle contre ces personnages sûrs d’eux-mêmes pour à la fin déplacer le curseur sur l’enfant joyeux complice de sa mère qu’il accompagne dans sa révolte pour enfin entrer dans une rébellion vouée à l’échec.

Cette pièce mérite vraiment d'être vue. Non seulement parce qu'elle est extrêmement  bien jouée, mais aussi parce qu'elle montre sans le moindre fard une réalité quotidienne dans notre société déstructurée au point que personne ne sait plus ce qu'il est responsable ou non de faire (sauf concernant autrui, comme toujours, cf une histoire deux fois millénaire de paille et de poutre). On ressort de là certes horrifié, mais sans avoir envie de condamner qui que ce soit ; cela aussi est une force de ce spectacle.  PIERRE FRANCOIS

Pièce sans concession sur notre temps, ses travers mais aussi ses réalités, on
n'en sort pas indifférent. Un humour noir manié de façon très habile qui permet
de faire passer certains messages. Notamment une critique assez malicieuse
de la psychanalyse. Une mise en scène remarquable qui avec des moyens
très simples, sert le texte avec avec beaucoup d'acuité. Enfin, des comédiens
totalement engagés dans leurs rôles respectifs. Regis Romele, cumulant trois
rôles, (policier, psy et hilarant libertin), et Patrick Courtois, en juge humain et
inflexible. Une pièce à voir. Définitivement.

La mise en scène, très sobre, permet de s'immerger totalement dans l'esprit du petit garçon et de comprendre ses souffrances. Les lumières sont également très maîtrisées et focalisent l'attention sur une partie de la scène, adoucissant les transitions. Le personnage du psychologue, cependant, est un peu caricaturé. Il s'écoute parler sans entendre les propos et les appels du garçon. On se demande comment cet enfant réussira à se construire pour échapper à cette folie.
Spectacle riche, beau, mais très triste qui fait réfléchir sur le sens de l'éducation. Par Clara

J’ai beaucoup aimé cette pièce. Cette pièce est à la fois drôle et dramatique. On remonte dans le temps pour être les témoins de ce huis-clos entre cette mère et son fils. On sourit parfois alors que le dialogue est violent (ou plutôt le non dialogue entre la mère et son enfant), pour moi ce fut un sourire de défense devant l’insupportable. Les acteurs interprètent leur rôle avec finesse.

Paris sur scène

La mise en scène, le texte, le jeu des comédiens, surtout Rémi GOUTALIER dans le rôle de Damien en retrait mais efficace d’un enfant en quête de son existence, fait que le spectateur assiste à un spectacle exceptionnel. Une pièce qui fait réfléchir sur notre position de parent et qu’il faut aller voir au THEATRE DE L’ESSAION

« Pièce d’une cruauté comique : on y rit à chaque réplique avant de pleurer à la dernière scène avec l’enfant dépositaire de toutes les passions contradictoires de ses parents »

Découverte de la semaine !  Une pièce qui peut parfois déranger mais qui est à voir!

"Cinq ans d'âge", le texte cruellement réaliste de Jean-Pierre Klein ne laisse pas beaucoup de chances à ses personnages, plongeant le spectateur dans un malaise permanent. Michel Laliberté dans une mise en scène précise sans effets superflus donne à ce drame qui montre tous les traumatismes de l'enfance, toute la force voulue. Laetitia Richard en mère perdue est formidable et apporte à cette pièce courte une tension qui ne faiblit pas. Quant à Rémi Goutalier dans le rôle de Damien, le plus souvent mutique, il promène son visage mélancolique où s'imprime l'incompréhension alors que les pires choses lui tombent dessus. Il est absolument convaincant dans ce personnage, loin d'être évident à jouer. A leurs côtés, Régis Romele dans différents rôles et Patrick Courtois dans celui du juge sont impeccables et contribuent à la grande qualité de cette sombre histoire.
Un spectacle implacable et poignant.

  • Du 4 avril au 18 mai
  • Les jeudis, vendredis et samedis à 19h45
  • Durée : 1 heure
  • A partir de 14 ans
  • Tarif plein : 25 €
  • Tarif réduit * : 15 €
  • * pour les moins de 26 ans, étudiants, plus de 65 ans, habitants du 4ème arrondissement, demandeurs d'emploi, intermittents du spectacle, associations et groupes de 10 personnes minimum, sur présentation d'un justificatif
  • Auteur : Jean-Pierre KLEIN
  • Mise en scène : Michel Laliberté, assisté d'Agathe Quelquejay
  • Avec : Laetitia Richard, Regis Romele, Patrick Courtois et Remi Goutalier.
Partagez
Voir le calendrier Abonnement Essaïon