En attendant Godot

…. Voilà l’homme tout entier, s’en prenant à sa chaussure alors que

 c’est son pied le coupable …

Vladimir et Estragon attendent un certain Godot, à la tombée de la nuit, sur une route de campagne déserte, bordée d'un arbre dégarni...

Ils croiseront deux drôles de personnages, Pozzo et Lucky, mais attendront le mystérieux Godot durant les deux actes de la pièce. Savent-ils d'ailleurs vraiment qui il est ? Ou s'il existe vraiment...?

Ils en parlent...

Le Coryphée

L’un des plus grand défis de cette pièce repose sur la réussite du duo Vladimir-Estragon,  or les deux comédiens Philippe Catoire & Dominique Ratonnat sont fabuleux. La mise en scène pertinente relève l’autre défi de parvenir à nous divertir alors que les personnages sont censés s’ennuyer à mourir

Si finalement, Beckett en bon dramaturge était Godot lui-même, ayant laissé ses personnages se débrouiller dans une attente qui n’est là que pour eux ?

La troupe de Jean-Claude Sachot a bien raison de servir ce grand dramaturge qu’est Samuel Beckett et, cerise sur le Godot, avec tact et sourire

Ph Catoire et D.Ratonnat sont merveilleux. Ils sont objectivement les créations les plus soignées des deux vagabonds de Beckett. Il se joue à Essaïon un " en attendant Godot "exceptionnel", immense moment de théâtre que Beckett lui-même aurait apprécié partager avec nous sans bouder son plaisir.    

Un grand texte, difficile, remarquablement servi. On réfléchit au sens ou non-sens de la vie. Parmi les points forts : La mise en scène qui maintient la pièce dans un équilibre instable entre tragédie et comédie burlesque ainsi que le jeu sur le langage, mis en valeur par la prestation des acteurs.

Jean-Jacques Nervest, comédien tout en puissance qui incarne Pozzo, en impose par son jeu diabolique qui occupe tout l’espace au-dessus de Lucky son esclave soumis que contemplent à moitié affligés, nos deux vagabonds Vladimir & Estragon -les excellents acteurs Philippe Catoire et Dominique Ratonnat 

Vladimir et Estragon, sortes de Laurel et Hardy apportent la juste distance entre ce qu’ils représentent de la condition humaine et le côté comique et dérisoire de cette vie

On sort de la salle déchiré par ce mélange de gravité et de parodie

Courez-y, c’est exceptionnel. 

Jean-Claude Sachot use du moindre espace de liberté dans les didascalies pour s'octroyer une belle liberté de jeu. Comédiens émérites et aguerris, Dominique Ratonnat et Philippe Catoire naviguent à l'aise dans l'incarnation de Vladimir et Estragon, larrons en foire parfois saisis par l'angoisse.

Les interprètes de Vladimir et Estragon jouent en nuances et ruptures. Ils permettent à la représentation d’atteindre de beaux moments de densité. C’est à travers eux que parviennent à s’exprimer les hors-champs métaphysiques du théâtre de Beckett, un théâtre de l’humain qui fait exister l’invisible

Voilà un En attendant Godot où l'on ne s'ennuie pas une seconde, heureux de constater que décidément la pièce n'a pas vieilli, n'a pas eu le temps de vieillir. C'est tant mieux pour cette excellente équipe que nous avions déjà appréciée dans Fin de partie et que nous applaudissons de plus belle ! ...Il doit y avoir mille et mille manières de monter Beckett, mais celle qu'a choisie Jean-Claude SACHOT nous a réjouis parce qu'elle nous a divertis, émus, sans que nous ayons eu besoin de nous creuser la tête ou de nous la cogner contre les murs.

4 sublimes acteurs à la présence fracassante nous emportent dans cet outre-temps outre-monde que le metteur en scène JC Sachot a réussi à recréer magiquement sur une scène de théâtre. Ce sont de véritables acrobates qui jonglent avec tous les registres du jeu scénique avec une agilité stroboscopique

JC Sachot avec le concours valeureux de ses interprètes recrée à la lettre l’histoire des deux vagabonds qui avancent bon an mal vers un destin aléatoire. Le jeu délié, emballé dans une sorte de dénuement comme dansé par 2 clowns d’allure britannique fait la part belle à l’inspiration de l’Irlandais 

L’approche de Jean-Claude Sachot est vive, alerte, n’élude rien, joue le jeu.
Hallucinante composition de Lucky, Guillaume Van’t Hoff apporte une dimension inouïe et entraîne la pièce vers une dimension proprement fantastique.

La nouveauté de « Godot » & sa force sont intactes.
Une réussite, vraiment

C’est vraiment un très bon travail, une manière intéressante de découvrir la pièce si on ne la connait pas encore. Elle fait rire et désarçonne, elle émeut, elle inquiète. 

Un Godot brut tout entier dans sa force et dans son jus, JC Sachot, est un beckettien pur et dur. Ce parti pris de dépouillement et de fidélité n’empêche pas qu’il y ait par moments des lumières nouvelles. Le jeu des comédiens entier, vif, bourru, passionné est particulièrement convaincant.

  • Du jeudi au samedi à 21h30
  • Tarif plein : 20 €
  • Tarif réduit* : 15 €
  • Auteur : Samuel Beckett
  •  
  • Mise en scène : Jean-Claude Sachot
  •  
  • Distribution : Philippe Catoire, Vincent Violette ou Guillaume van't Hoff, Jean-Jacques Nervest, Dominique Ratonnat. 
  •  
  •  
  • Durée (mn) :1h50
Partagez
Voir le calendrier Abonnement