C'est la guerre

Un texte abrupt, vital, nécessaire, cruellement d'actualité.

"c'est quoi la guerre ? occupe toi de ta soupe ! mange !"  
L'écriture acerbe, incisive, violente, truculente, ciselée, musicale, frémissante, troublante, joyeuse, sensuelle de Louis Calaferte au service d'un récit bouleversant, celui de sa jeunesse pendant l'occupation, son regard de gosse, de jeune adolescent, de petit homme en devenir, témoin d'un quotidien absurde, terrorisant, d'un monde d'adultes hypocrites, lâches, obséquieux... 

Ils en parlent...

« La guerre n'est pas l'affaire des gosses et cependant c'est à son aune que le garçonnet, superbement incarné Véronique Boutonnet, qui a bien compris que tout avait changé, répétant souvent "ça fait un peu peur", va faire son éducation d'homme ("J'apprends l'homme : l'homme est une saloperie"). Scandé par des compositions originales de Franck Etenna, nourri d'une langue simple, truculente et sensible, le spectacle est dispensé dans un registre épique parfois teinté de burlesque et un décor de bric et de broc dans son "jus" sous la forme d'une ronde événementielle dans laquelle le jeune garçon fait défiler les figures de son enfance. 

Verbe précis et jeu juste, sans verser ni dans le naturalisme ni dans le lyrisme, les trois officiants, Véronique Boutonnet, Richard Arselin et Franck Etenna, livrent une vivante leçon d'histoire et d'humanité. »

« Une mise en scène élégante, tout en camaïeu de bruns : la scène est plongée dans un clair obscur de tableau. Toutefois, C’est la guerre ne se fige jamais en une vision esthétisante, les trois acteurs apportant au texte de la joie et la tristesse dans un même élan, l’accordéon à la main et le visage tordu en mimiques pittoresques. L’émotion est grande, la mémoire noble. »

« L’espace se découpe en trois compartiments : à gauche, un lieu avec piano ; au centre, un bistrot avec la radio d’époque et les casiers à bouteilles ; à droite, l’espace rêvé de l’enfance. Véronique Boutonnet joue la présence féminine, mais elle est aussi la voix de l’auteur, avec sa colère et son indignation. Richard Arselin et Franck Etenna sont d’autres voix de l’auteur. Dans une grande liberté, le spectacle alterne l’action collective et la parole en solo ; les interprètes trouvent la violence saisissante du livre de Calaferte.

Il y a des moments d’une force exceptionnelle. Tout à coup la parole, le geste, le regard frappent au cœur : on en est sonné, et admiratif. »

  • Du 14 décembre au 10 Février
  • Du jeudi au samedi à 19h45
  • Genre : théâtre contemporain
  • Durée : 70mn
  • Tarif plein : 20 €
  • Tarif réduit* : 15 €
  • * pour les moins de 26 ans, étudiants, plus de 65 ans, habitants du 4ème arrondissement, demandeurs d'emploi, intermittents du spectacle, associations et groupes de 10 personnes minimum, sur présentation d'un justificatif
  • Auteur : Louis Calaferte
  • Mise en scène : Véronique Boutonnet
  • Distribution : Véronique Boutonnet Richard Arselin Franck Etenna
  • Site de la compagnie : www.lesameslibres.com
Partagez
Voir le calendrier Abonnement